Le village de Laroque
présentation de laroque


 

 

Le village, qui portait autrefois le joli nom de "La Roque - Papalhonac", est situé dans un vallon dont l'attitude est de 450 mètres. Laroque, mentionnée dans le cartulaire de Sylvanès dès 1151, fut rattaché en 1785 à la Commune de Fayet, Seigneurie ayant appartenu aux Castelnau, puis aux Arpajon, érigée en baronnie en 1809 au profit d'André de Nougarède. Le village est situé dans le canton de Camarès, place forte protestante en Rouergue.

La paroisse de La Roque demanda avec insistance à la fin du XIXè siècle son érection en commune distincte, dont l'église fut reconstruite et bénie en 1862.

La région possède des filons de minerais qui furent exploités périodiquement depuis l'époque gallo-romaine jusqu'à la fin du siècle dernier, ainsi que des fabriques de draps et d'étoffes pour l'armée.

Quant aux différents occupants de La Roque - on retrouve un Guillaume de La Roque dés 1140 qui fit un don de dîmes à l'abbaye de Sylvanès toute proche - nous pouvons évoquer principalement, les familles de Bazy, d'Austruy (Raymond, chanoine de Rodez, fut prieur de La Roque en 1661), d'Aygua et de Fabry (propriétaires de Méjanel et du Moulin de Blancard, Conseillers au Parlement de Toulouse) jusqu'à la fin du XVIIè siècle.

On trouve trace de la Famille Martin - Lacombe qui semble avoir possédé près de trois siècles le château, dés le XVIIè siècle dans les registres paroissiaux (Cénomes - La Roque) occupant différentes fonctions (consul de Brusque en 1728, marchand - trafiquant, avocat ... ).

Pour l'anecdote, l'un d'entre eux fit preuve de courage et de dévouement en 1797, face aux gendarmes venus appliquer la loi contre les prêtres réfractaires, en l'occurrence l'abbé Jean-Baptiste Barthe. Celui-ci prévenu, descend de l'autel, se dépouille de ses vêtements sacrés, et chausse ses sabots afin de se diriger en toute hâte vers le château où, au nez et à la barbe des gendarmes accourus à cheval, il s'engouffre dans une cachette dissimulée ensuite par une grande quantité de foin. Monsieur Martin-Lacombe laisse ensuite pénétrer la force publique, et malgré des fouilles minutieuses, allant jusqu'à plonger dans la paille leurs épées, les gendarmes repartirent bredouilles... Cette cache, un passage permettant de relier les trois niveaux, existe toujours.

Laroque
La route des Seigneurs du Rouergue
intinéraire